5 lacs avec une histoire hors du commun

Crater Lake

Crater Lake – Crédits photo © M.Giuli

Crater Lake

Situé au sud de l’Oregon, le Crater Lake est un lac remarquable à plus d’un titre. Avec ses 597 m de profondeur, c’est le lac le plus profond des Etats-Unis. Sa formation remonte à environ 7000 ans, lorsque le mont Mazama entra dans une terrible éruption et s’effondra sur lui-même, projetant des cendres à plus de 100 km de distance, et laissant place à un vaste cratère de 10 km sur 8. Les eaux de pluie remplirent l’immense dépression, donnant ainsi naissance au lac. Les indiens Klamath se transmirent pendant des millénaires une légende faisant de cet évènement le fruit de violents affrontements entre les dieux, et leurs descendants considèrent encore aujourd’hui le Crater Lake comme un lieu sacré. Si le lac est réputé pour sa grande beauté, il est tout particulièrement connu pour un de ses étranges occupants, baptisé « le vieil homme du lac » : en 1896, le géologue Joseph S. Diller fit la découverte d’un gros tronc d’arbre flottant inexplicablement à la verticale dans les eaux du Crater Lake. Mesurant environ 60 cm de large sur 9 m de long, dont une partie émergée de 1,20 m, le tronc était assez solide pour qu’un homme puisse se tenir dessus. Aujourd’hui, plus de 115 ans après, le « vieil homme du lac » est toujours là, son tronc blanchi dérivant à travers le lac, toujours parfaitement droit. Les bateaux touristiques le croisent souvent sur leur parcours, et les croyances locales lui prêtent le pouvoir de contrôler le temps qu’il fait au-dessus du site. Crater Lake est également connu pour ses deux îles : Wizard island (l’île du sorcier), un îlot volcanique de 127 hectares, et Phantom Ship Island, ainsi nommée parce que par temps brumeux, sa silhouette évoque celle d’un bateau fantôme.

Lake Roopkund

Cranes au bord du lac Roopkund

Roopkund, le lac des squelettes

En 1942, un garde forestier anglais découvrit des centaines de squelettes sur les rives du lac Roopkund, un petit lac gelé de l’Himalaya situé à plus de 5000 m d’altitude. Les autorités anglaises pensèrent d’abord qu’il s’agissait de soldats japonais morts en essayant de traverser la frontière indienne pour mener une attaque surprise, mais les ossements étaient bien trop anciens pour valider cette hypothèse. Personne ne semblait pouvoir dire qui étaient ces gens, ni encore moins ce qui les avait tué. Pendant des décennies, le mystère du lac Roopkund fascina historiens et scientifiques, qui proposaient diverses théories sur les causes de l’évènement. Certains pensaient qu’il pouvait s’agir d’un suicide collectif rituel, d’autres parlaient d’un glissement de terrain, ou encore d’une épidémie. Lorsque les premiers tests au carbone 14 furent menés dans les années 60, on estima que les victimes avaient vécu entre le 12ème et le 15ème siècle, ce qui amena l’hypothèse d’une armée antique qui aurait succombé aux conditions extrêmes de l’Himalaya. Mais ce n’est qu’en 2004, soit 62 ans après la redécouverte du site, qu’une nouvelle enquête permit de résoudre l’énigme : des chercheurs indiens et européens mirent à jour des bijoux et des armes, ainsi que des tissus organiques exceptionnellement préservés par le climat de la zone. Les restes de plus de 500 personnes furent dénombrés au final, et une nouvelle datation permit de déterminer qu’ils remontaient à l’an 850 après J-C environ. Les tests ADN montrèrent qu’il y avait deux groupes distincts parmi les corps, vraisemblablement des pèlerins aidés par des porteurs locaux. En ce qui concerne la cause de leur mort, une légende Himalayenne raconte que la Déesse Nanda Devi tua un jour des voyageurs qui avaient profané son sanctuaire montagneux en faisant s’abattre sur eux une pluie de grêle « dure comme du fer ». C’est à cette même conclusion qu’aboutirent les scientifiques après analyse des fractures observées sur les corps des victimes : piégées par la tempête, et sans abri où se réfugier, toutes furent décimés par des grêlons gros comme des « balles de cricket » (environ 8 cm de diamètre). On peut encore voir de nombreux cranes et ossements autour du lac Roopkund, bien que les visiteurs occasionnels en aient emporté une grande partie en macabre souvenir de leur expédition. Quiconque a suffisamment regardé de films d’horreur pourra toutefois se demander s’il est judicieux de piller des cadavres foudroyés par une vengeance divine…

Lac Peigneur

Le vortex du lac Peigneur aspirant les arbres en 1980

Lac Peigneur

Le 20 novembre 1980, un petit lac de Louisiane, le lac Peigneur, fut le théâtre de l’une des catastrophes industrielles les plus spectaculaires de l’histoire. A l’époque, la Diamond Crystal Salt Company exploitait une mine de sel qui se trouvait sous le lac, pendant que la compagnie pétrolière Texaco forait depuis la surface à la recherche de pétrole. Suite à une erreur de calcul, la foreuse perça le troisième niveau de la mine, créant une brèche au fond du lac. L’eau s’engouffra rapidement dans les cavités souterraines, ce qui provoqua un gigantesque tourbillon. Ce maelstrom aspira en son centre la plateforme pétrolière, ainsi que 11 barges, un remorqueur, et plus de 25 hectares de terrain environnant. Les eaux du lac furent drainées à travers la crevasse qui s’agrandissait de plus en plus, et le phénomène fut si puissant que le cours d’un canal relié au lac, le canal Delcambre, fut inversé et aspiré à son tour. Ceci eut pour effet de créer une cascade haute de 50 m à l’endroit où le canal se déversait dans le trou, la plus haute jamais vue en Louisiane. La catastrophe ne fit pas de victimes humaines, mais elle transforma un lac d’eau douce profond d’à peine 3 m en un lac salé atteignant 60 m de profondeur, ce qui affecta irréversiblement son écosystème. Texaco versa 32 millions de dollars de préjudices à la Diamond Crystal Salt Company, et la mine de sel fut finalement fermée en 1986.

Lac Nyos

Nyos, le « lac tueur »

Lac Nyos

Situé au nord-ouest du Cameroun, le Lac Nyos fut à l’origine de l’un des désastres naturels les plus étranges du 20ème siècle. Ce lac volcanique est l’un des 3 seuls au monde susceptibles de produire une éruption limnique, un phénomène rarissime au cours duquel le gaz accumulé pendant des années dans les profondeurs d’un lac est relâché dans l’atmosphère. Cette particularité vaut à ces lacs d’être répertoriés sous le nom de « lacs tueurs ». Dans le cas du lac Nyos, le phénomène se produisit le 21 aout 1986, lorsqu’un glissement de terrain, suppose-t-on, brassa les eaux du lac. Cet évènement libéra les centaines de milliers de tonnes de gaz carbonique qui s’étaient accumulées dans les couches profondes, et qui émanaient du cratère volcanique où se trouve le lac. Une gigantesque explosion s’ensuivit, générant une colonne d’eau de plus de 80 m, et libérant environ 1,6 millions de tonnes de CO2. Un nuage mortel se répandit à toute vitesse dans la vallée, éliminant tout ce qui respirait jusqu’à une distance de 25 km. On retrouva 1746 personnes tuées dans les villages alentour, ainsi que plusieurs milliers d’animaux, le tout dans un paysage presque intact. Les chercheurs ne comprirent pas tout de suite ce qui s’était passé, les victimes ne présentant aucune trace de blessure, ni d’agonie apparente, mais c’est le lac lui-même qui leur donna le principal indice : les eaux habituellement bleues de celui-ci étaient devenues d’un rouge profond, cruellement approprié, dû aux eaux riches en fer du fond qui étaient remontées à la surface. Depuis 2001, une opération de dégazage nommée les « Orgues de Nyos » est menée par une équipe française, pour empêcher que la catastrophe ne se reproduise. Elle consiste à pomper le CO2 du fond vers la surface par le biais d’un tuyau vertical qui projette de l’eau à 50m au-dessus du lac. Le lac Monoun, dont l’éruption tua 37 personnes en 1984, est également en cours de dégazage depuis 2003. Quant au troisième lac « tueur » recensé, le lac Kivu du Congo, il n’est encore jamais entré en éruption, mais il est étroitement surveillé : plusieurs millions de personnes vivent sur ses rives, et il contient 300 fois plus de gaz que le lac Nyos.

Lac Vostok

Image RADARSAT du lac Vostok – Crédits photo NASA

Lac Vostok

Avec ses 16000 km² de superficie et ses 1000m de profondeur, le lac Vostok est de loin le plus imposant des lacs mentionnés dans cet article, mais c’est aussi le plus mystérieux : en effet, personne ne l’a jamais vu. Car le lac Vostok ne se trouve pas à la surface de la terre, mais très, très en dessous, à 4 km sous les glaces de l’antarctique. Et depuis sa découverte dans les années 70 grâce à des radars, ce lac subglaciaire n’en finit pas d’exciter la curiosité des scientifiques, qui espèrent y trouver des formes de vie totalement nouvelles. Pendant 14 millions d’années, l’écosystème du lac s’est effectivement développé indépendamment du reste de la planète, protégé de toute vie par 4 km de glace. C’est pourquoi ses occupants devraient être très différents de ce que nous connaissons déjà, même si, selon les chercheurs, il y a peu de chances pour qu’ils soient plus complexes que des micro-organismes. En 1998, une opération de forage fut menée par une équipe russe, mais elle s’arrêta à 200 m de l’eau. Le kérosène utilisé risquait en effet de contaminer le lac, resté parfaitement pur depuis quasiment la disparition des dinosaures. Le forage a repris le 4 janvier 2011 avec une nouvelle technique à base de silicone, et il devrait se terminer à la fin de cette même année, permettant d’extraire une carotte de glace qui devrait révéler les mystères du lac. De par ses conditions très particulières, le lac Vostok est également devenu un modèle pour la future exploration d’Europe, un satellite de Jupiter dont les eaux subglaciaires pourraient contenir des formes de vie extraterrestres.

Plus d’infos :

48 commentaires pour “5 lacs avec une histoire hors du commun”

  1. Il n’y a pas eu la même histoire que le lac Nyos en France? Je me souviens de photos d’arbres morts sur des kilomètres… C’était peut-être quelque chose de moins spectaculaire.

  2. Il y a peut être une civilisation souterraine sur le Lac Vostok!

    En tout cas, moi aussi je connais un lac trop hors du commun. On peut y louer des pédalos. C’est vraiment la classe.

  3. Alors à ma connaissance, il n’y a jamais eu d’autres histoires comme celle du lac Nyos, à part, dans une moindre mesure, celle du lac Monoun mentionné dans l’article, qui ne fit « que » 37 morts.

  4. Impressionnant ce lac Nyos qui se colore en rouge. Je ne connaissais pas ses lacs tueurs. Par contre j’avais entendu parler du lac Vostok, qui laisse imaginer des scénarios S.F des plus cool.

  5. Je me demande juste, au sujet du Roopkund : les dates données par le carbone 14 sont bien après J.-C. ?

  6. Oui oui, 850 après JC, je vais le préciser si ce n’est pas clair.

  7. Le lac Vostok, je peux pas m’empêcher de penser à X-Files et à ce qu’ils vont remonter. ^^

  8. Enfin un nouvel article , et un excellent !

    J’avais déjà entendu parler aussi du lac Vostok, j’suis sur qu’on va y trouver des trucs insolites, en tout cas, je VEUX qu’on y trouve des trucs géniaux!

  9. Voilà enfin un nouvel article ; toujours bien documenté et agréable à lire.
    A quand le prochain épisode de la série « les 5 … hors du commun »
    Félicitations pour la qualité de ton blog.

  10. Quel plaisir de trouver un nouvel article de bon matin !
    J’aurais une petite question à propos du lac Peigneur : quand vous dites que la catastrophe « transforma un lac d’eau douce profond d’à peine 3 m en un lac salé atteignant 60 m de profondeur », le lac dont on parle n’est pas le Peigneur ? C’est un lac situé en dessous de la mine de sel ?

  11. Excellent article, très intéressant !

  12. Andromède> On parle bien du lac Peigneur, l’eau du lac s’est engouffrée dans le trou créé par la foreuse, et a rempli la mine qui se trouvait en dessous! Le lac lui même s’est ensuite re-rempli par le biais du canal Delcambre, dont le cours s’est inversé, et qui s’est déversé dans le Peigneur.

  13. Tu as oublié le lac du LochNess ! Tu nous dois la vérité là-dessus, et toi seul la connais !

  14. haha j’ai failli intituler cet article « 5 lacs moins connus que le Loch Ness mais qui auraient pourtant de meilleures raisons de l’être » :)

  15. Pour le lac Vostok, as-tu plus d’infos sur sa formation ? Il est en dessous du niveau de la mer ? C’est une sorte de « bulle d’eau » prise dans la glace sous-terraine de l’Antarctique ?

  16. Le lac se trouve à 512 m en dessous du niveau de la mer, et la cavité se serait créée suite à une collision continentale il y a environ 15 millions d’années http://en.wikipedia.org/wiki/Lake_Vostok

    Par contre, il est peut être un peu réducteur de parler de « bulle », mine de rien c’est le 4ème lac le plus profond du monde et le 7ème plus volumineux :)

  17. C’est sûr ! Initialement, j’avais même tapé « petite bulle », et j’ai rectifié avant envoi !

  18. La petite fumée sur le lac Nyos, c’est le dégazage ?

  19. Alors, le dégazage ressemble à ça : http://goo.gl/QiwqK

  20. Yo Dawg, merci pour tous tes articles intéressants, originaux, documentés et bien écrits.
    Continue de nous faire rêver !

  21. Aaah, très bon article à nouveau !
    5 très bons choix et 4 belles découvertes (je connaissais le lac tueur), j’avoue que je vais de ce pas creuser la mésaventure du Roopkund et surtout suivre « l’exploratio »n du Vostock. Il va peut être y avoir de grandes découvertes en biologie à la fin de l’année !

  22. Je voulais dire le lac Peigneur, mais le Roopkund est bien aussi :)

  23. Hé bien…
    La catastrophe du lac Peigneur, voilà un évènement qui décoiffe!
    Patrick en a brossé un sacré portrait.

  24. aaaahhh contente de lire un article pour bien commencer ce looong week end.

    Décidément tu perds pas la main!

  25. Je viens de voir que tu as un blog, ça me fait pas mal de posts à rattraper!

  26. Un autre lac intéressant c’est le Jellyfish lake situé dans les îles Chelbacheb aux Palaos avec tout plein de méduses dedans ! http://vimeo.com/23079092

  27. Kuja> Le jellyfish lake a failli faire partie de l’article, il a été dépassé sur la dernière ligne droite :)

  28. Un article de qualité comme je les apprécie ;) Un grand merci à toi !

  29. http://www.youtube.com/watch?v=otIU6Py4K_A

    J’y vais samedi! Je n’ai pas très bien compris l’histoire ( c’est technique apparemment… ) mais j’en saurai plus sur place.
    Des gens qui fuient, des milliers de poissons qui meurent, aucune solution, un échec touristique… Je vais charger l’appareil photo!
    Tu devrai faire une seconde édition avec toutes les idée qu’on te donne!

  30. ce site est bourré d’information intéressante !

    j’y apprends bcp de choses pertinentes et rares …

    merci bcp

    Sebastien

  31. Quel type de méduse ce trouve dans le JellyFish Lake, car la vidéo avec le plongeur est assez flippante.

  32. Salut, j’ai découvert ce site par un ami. Il est vraiment intéressant. J’ai hâte d’avoir de nouveaux articles à lire.

  33. Sympa, mais tu aurais pu faie un top 10 avec le Lac Ladoga au moins…

  34. Je ne connaissais pas le lac Ladoga, merci d’en avoir parlé.

  35. Pourquoi ce sont les autorités Anglaise qui sont en charge d’un lac sur l Himalaya ? J’ai du mal à saisir ce n’est pas leur juridiction ?

  36. Et lu ce jour en dépêche Afp : Au bout de 30 ans de travaux de forage, les chercheurs russes ont atteint la surface du lac Vostok, un immense plan d’eau vieux de 30 millions d’années enfoui sous plusieurs kilomètres de glac mais pour l’instant aucune forme de vie n’a pu être trouvé.

  37. L’Inde était une colonie britannique à l’époque de la découverte du lac…

    Et pour le lac Vostok, on en saura plus lorsque la premiere carotte de glace sera analysée, en 2013.

  38. Merci beaucoup pour ta réponse, j’ai passé une nuit blanche à dévorer ton blog.et je l’ai partag? avec tout mon service aujourd’hui !
    J’attends le prochain article avec impatience !
    J’ai lu sur twitter qu un livre sortait ? En librairie ?

  39. Alors, le livre devrait être disponible la semaine prochaine si tout va bien, il sera commandable en ligne. Si tu suis Axolot sur twitter et/ou facebook, tu ne pourras pas passer à coté de l’annonce :)

  40. Ok merci bien.

  41. Je reviens posé ma question, quelques temps plus tard…

    Ce fameux lac Vostok, où en est-il désormais ?
    On t’ils réussis à en extraire ce qu’ils désiraient ? Qu’on t’il trouvé ?

    Je sais qu’une recherche internet éclairerai ma lanterne, mais je préfère savoir ce que vous en savez de votre côté… :-)

    Article aussi génial que les autres, je continue de suivre le site assidûment :-D

    Bonne continuation!

  42. Alors, le lac Vostok n’a pas déçu les attentes. On y a trouvé l’adn de plus de 3000 organismes divers, dont des bactéries et des champignons: http://www.maxisciences.com/lac-vostok/antarctique-le-lac-vostok-abriterait-une-surprenante-variete-de-vie_art30101.html

  43. Je viens seulement de voir cette réponse!
    Merci beaucoup pour la rapidité :-)

    Impressionnant! Et la conclusion du texte sur le lien est tout aussi surprenante…!

    Merci encore pour ces infos ;-) Vivement la prochaine vidéo / le prochain article!

    Bonne continuation !

  44. TROP BIEN!!!!!!!!!!!! :)

Rétroliens/Pings

  1. Nyos, Monoun et Kivu : ces « lacs tueurs » | Wild Kick - 30 mai 2011

    [...] site Axolot avance que les chercheurs ne comprirent pas tout de suite ce qui s’était passé, les victimes ne [...]

  2. Nyos, Monoun et Kivu : ces « lacs tueurs » - 20 décembre 2012

    [...] site Axolot avance que les chercheurs ne comprirent pas tout de suite ce qui s’était passé, les victimes ne [...]