Comment le frère chinois de Jésus déclencha la plus grande guerre civile de l’histoire

hong1

En 1837, après avoir raté son examen d’entrée dans la fonction publique pour la troisième fois, Hong Xiuquan, un fils de fermier chinois, se mit à faire d’étranges rêves. Il vit un homme de grande taille, avec une longue barbe, qui lui demanda de débarrasser la Chine des démons qui l’occupaient. Le mystérieux personnage était accompagné d’un homme plus jeune, qui se présenta comme le frère de Hong, et qui lui remit une épée magique pour mener sa mission à bien. Hong fut profondément troublé par ces visions, mais il continua sa petite vie d’aspirant instituteur, et avec une admirable constance dans l’échec, rata son examen une quatrième fois.

Six ans plus tard, en 1843, Hong se décida à lire les brochures religieuses qu’un missionnaire chrétien lui avait remises quelques années plus tôt. Et il fut alors convaincu que ces écrits étaient la clé pour comprendre ses visions mystiques : le vieil homme qu’il avait rencontré était le Dieu biblique, accompagné de son fils, et lui, Hong, était le frère chinois du Christ. A partir de ce moment, il commença à prêcher la bonne parole dans les villages alentour, en détruisant les symboles bouddhistes et confucianistes qui se dressaient sur son chemin.

En 1850, grâce au prosélytisme de ses disciples, Hong Xiuquan comptait plus de 10 000 adeptes à ses côtés. Son mouvement, le Bai Shangdi Hui (société des adorateurs de Dieu), avait rallié les représentants des classes les plus défavorisées, qui, accablés par la misère et la famine, ne croyaient plus au pouvoir en place, celui des Qing. Pour Hong, cette dynastie d’empereurs mandchous incarnait le mal que Dieu lui avait demandé d’éliminer. C’est à cette époque qu’il prépara ses fidèles à se « battre pour le ciel », et que commença la révolte des Taiping.

Le mot « Taiping » vient de Taiping Tian Guo, ou « Royaume céleste de la Grande Paix ». C’est le nom que donna Hong aux territoires contrôlés par son armée. En 1852, après la prise de Nankin, érigée en capitale, le mouvement des Taiping devint une société solidement organisée et codifiée. Pour diriger son peuple, Hong mit en place une sorte de communisme primitif mêlé de christianisme : les terres et les biens devaient être partagés de façon égale entre les habitants, mais à côté de ça, les hommes et les femmes devaient vivre strictement séparés.

taiping1

En 1853, le Royaume céleste occupait une partie considérable de la Chine du sud, et les Qing réalisèrent vraiment l’ampleur de la rébellion. Ils lancèrent une série d’offensives pour contrer l’avancée des Taiping, et en 1855, après plusieurs batailles acharnées, ils reprirent une grande partie des villes occupées. C’est à ce moment que le royaume de Hong commença à trembler sur ses fondements. Son expansion fut stoppée, et les règles qui le régissaient glissèrent vers des dérives extrémistes. Xiao Chaogui, un des chefs de la révolte, fit par exemple exécuter ses propres parents parce qu’ils avaient osé vivre ensemble.

A la débâcle succéda la décadence. Les leaders du mouvement vivaient dans le luxe, au mépris de leurs idéaux égalitaires, et ils commencèrent à se soupçonner les uns les autres de tentatives des coups d’état. S’en suivit une série d’assassinats entre les principaux chefs du Royaume céleste, connue sous le nom de « massacre de Tianjing ». Hong Xiuquan, toujours chef suprême, fit notamment tuer l’un de ses meilleurs généraux, trop avide de pouvoir, ainsi que 20 000 de ses partisans. En brisant l’unité de la révolte, ces évènements marquèrent le début de la fin pour le mouvement Taiping.

Le coup de grâce fut donné au début des années 1860, lorsque les occidentaux décidèrent d’entrer dans le conflit. Ceux-ci voyaient plutôt les Taiping d’un bon œil au départ, du fait de leur christianisme exotique, mais quand ils réalisèrent que les rebelles étaient farouchement opposés au commerce de l’opium, ils décidèrent de s’allier au gouvernement Qing pour protéger leurs intérêts économiques. Un aventurier américain, Frederick Townsend Ward, monta une troupe de mercenaires qui fut rapidement surnommée « l’Armée toujours victorieuse », pour la série de victoires capitales qu’elle remporta sur les Taiping. En juillet 1864, Nankin fut reprise, et avec la perte de sa capitale, le Royaume céleste s’écroula pour de bon.

Hong Xiuquan n’eut pas le temps de voir son royaume s’effondrer : Il mourut un mois plus tôt, le 1er juin, d’une intoxication alimentaire. En 13 ans, on estime que la révolte qu’il mena fit entre 20 et 30 millions de morts, soit plus que la première guerre mondiale. Il s’agirait de la guerre civile la plus meurtrière de l’histoire. Pas mal pour un fils de fermier qui n’avait jamais réussi à entrer dans la fonction publique…

Plus d’infos :

La révolte des Taiping sur Wikipedia
La révolte des Taiping : Prologue de la Révolution Chinoise
Hong Xiuquan: The rebel who thought he was Jesus’s brother

email

27 commentaires pour “Comment le frère chinois de Jésus déclencha la plus grande guerre civile de l’histoire”

  1. Merci de l’article !
    Comme quoi rater son entrée dans une école d’art ou même dans la fonction publique, ça fini mal x)

  2. Le retour des articles écrits sur le site d’Axolot, ça fait vraiment plaisir de pouvoir vous relire sur ce format là !

  3. Eh bien ! je n’en n’avais jamais entendu parler, c’est pourtant assez impressionnant et pas si vieux que ça !

  4. C’est amusant de constater que les occidentaux préfère défendre leurs intérêts économiques plutôt que leurs idéaux religieux. C’est à ce demander si les croisades était bel et bien des guerres de religions !?

  5. Encore une super article ! Moi non plus je n’en avais jamais entendu parler, merci pour toute ces découvertes Patrick !

  6. Eh bien comme quoi, la religion catholique est l’une des religions les plus meurtrières de tous les temps, mais quand c’est indirect !

  7. Waw! J’ai jamais entendu parler de sa ! Il était fous! Tous ses mort pour une religion! N’importe quoi…

  8. 20 millions de morts et peu de gens connaissent cette histoire… Surprenant, comme tous vos articles et vidéos que j’adore !
    N’arrêtez surtout pas de nous étonner ! 🙂

  9. 20 m de morts pour des visions !
    Les guerres ont de beaux jours devant elles…

  10. Les religions ne sont pas meurtrières. Seulement, certains se servent des religions pour faire leur guerre, avec des comportements et des idées contraires aux religions en question.

  11. Quelles sont vos sources ?

  12. Ah ouais c’est chaud … Merci pour l’article, j’adore découvrir des faits insolites sur ce format là, c’est agréable à lire.

    Décidément les motivations religieuses pour faire la guerre ne manquent pas malheureusement. Je trouve ça toujours autant dommage de voir que prenant un message d’amour comme base de leur dogme, certaines personnes se retrouvent à prôner l’élitisme, l’intolérance et la violence :/

  13. @Emma: Ce ne sont pas les occidentaux en particuliers qui agissent comme ça mais les hommes en général. On sait bien que les croisades derrière cette apparente piété étaient aussi menées à des fins principalement politiques mais aussi pour la gloire de certains, la coquette des terres et la soif des richesses du proche orient.

    La guerre sainte entamée par l’État Islamique ces derniers temps cache une bien triste réalité de manipulation par ces dirigeants qui vivent dans la luxure et la richesse selon certains dissidents.

    Les religions (ce n’est que mon opinion) n’ont toujours été qu’un voile qui masque les intérêts de ceux qui nous dirigent. Aujourd’hui il y a la liberté ou la démocratie pour remplacer le bon vieux nom de Dieu.

  14. Impressionnant! :-O

  15. @Messina : Les sources sont indiquées dans « plus d’infos » en dessous de l’article.

  16. @Zen : merci pour cette amalgame…
    Il n’est dit nul part que les membres de Bai Shangdi Hui étaient catholiques.
    Seulement que Hong Xiuquan a lu des brochures chrétiennes (catholiques ? protestantes ? autres ?) et a monté son truc.
    J’ai un scoop pour toi : contrairement à de nombreuses sectes les cathos ne croient pas que Jésus ait un frère.

  17. Incroyable comment l’Histoire occidentale fait exprès de se taire quand il s’agit d’elle rentrant en guerre pour récupérer le marché de la Drogue local. Thug Life

  18. Merci, Third.

  19. Cet histoire est d’un cynisme absolu !

  20. La France est en partie responsable elle a obtenu en 1844(traité de Whompao) le droit d’envoyer ses missionnaires dans tout le territoire chinois

  21. N’y a t’il que moi qui pense que cette « intoxication alimentaire » pue l’empoisonnement.

  22. Si tu échoues dans les études que tu rêves de mener… deviens dictateur / chef suprême religieux, et massacre des millions de personnes, pour marquer l’histoire!
    Bizarrement, ça me rappelle étrangement un autre personnage célèbre de notre belle histoire…

  23. SariaSayan tu parles d’Adolf Hitler l’un des hommes les plus cruelles qui a malheuresement marqué de manière indélébile l’histoire

  24. super article ! On apprends toujours plein de choses super intéressantes! ????
    Continue sur cette voie !

  25. Sympathique, comme article.
    Et c’est étrange de voir comme l’histoire se répète parfois, la Chine ayant fait face, peu avant la Guerre des Trois Royaumes, à un soulèvement populaire à peu près similaire, et avec la même conséquence de guerre civile.

    Les Turbans Jaunes se sont en effet élevés contre la dynastie Han à la fin du IIe siècle, se sont comptés par centaines de milliers, et ont poussé à créer une alliance de divers seigneurs de guerre pour régler le problème (alliance qui tombera avec la susnommée Guerre des Trois Royaumes).
    Quant au meneur, Zhang Jiao, il était le fondateur de la secte taoïste Taiping (ce qui signifie « grande paix », paix qui devait régner après la destruction totale des han).

    On retrouve les mêmes composantes 17 siècles plus tard : religion, soulèvement populaire contre le pouvoir en place, guerre civile qui mène à une alliance de seigneurs locaux (et étrangers, ici)…

  26. Comme un chinois, j’entre par harsard dans ce site. J’ai lu ce texte et vos commentaires, je trouve que c’est faux de penser que la révolte des Taiping était une guerre religieuse. En fait la cause principale de cette révolte est d’ordre économique et politique, et non religieux. De plus c’est le gouvernement de Qing qui était responsable des grands massacres qui ont fait périr 20 millons d’homme. Aujourd’hui on tient une opinion très positive sur les révolutionnaires de Taiping, on pense qu’ils ont fait une révolte, peut-être un peu superstitieuse, mais de la justice contre le gouvernement de l’époque.

  27. @Gino

    Hong Xiuquan a été néophyte d’une église protestante américaine, le Bai Shang Di Hui n’a rien rapport avec l’Eglise Catholique, en fait il n’est pas du tout de l’église protestante. Leur doctrine rejette la trinité, et ces chef dit religieux n’ont pas beaucoup de connaissance de la Bible. Comme le texte a indiqué, Hong Xiuquan n’a lu qu’une petite brochure du christianisme.
    Les chrétiens occidentals de l’époque ont été heureux en entendant qu’une révolte chrétienne a eu lieu en Chine, ils envoyent des missionnaires et des observateurs à ce Royaume Céleste de Chine, mais tous déçus de leur ignorance du Christianisme et leur doctrine hérétique voire ridiculeuse.