Les Plafonds de Sang

chitenjo1

Temple de Genko-an

La ville de Kyoto, au Japon, compte plus de 2000 temples. Mais seuls cinq d’entre eux présentent la particularité d’avoir des plafonds tachés de sang. Si vous visitez les temples de Koshoji, Shodenji, ou Genko-an, vous pourrez voir d’étranges marques brunes au-dessus de votre tête : des empreintes de pieds, de mains, le contour d’un corps, profondément imprégnés dans certaines planches du plafond. Dans les temples de Yogen-in et de Hosen-in, on peut même distinguer ce qui semble être des visages ensanglantés.

Pour comprendre l’origine de ces traces macabres, il faut remonter à une période tourmentée de l’histoire du Japon, le début du 17ème siècle. A cette époque, Toyotomi Hideyoshi, le maître du pays, vient de mourir après 16 ans de règne, et une intense lutte de pouvoir fait rage entre les différents gouverneurs pour prendre sa succession.

Les deux plus puissants d’entre eux, Tokugawa Ieyasu et Mitsunari Ishida, se vouent une rivalité sans merci. En 1600, alors que Tokugawa est au nord du pays pour étouffer une rébellion, Mitsunari envoie 40 000 soldats pour prendre l’une des bases de son adversaire, le château de Fushimi. Celui-ci est gardé par un fidèle vassal de Tokugawa, Torii Mototada, dont la garnison ne compte pas plus de 2000 samouraïs.

chitenjo2

Temple de Yogen-in

Malgré cette importante infériorité numérique, Mototada refuse d’abandonner la forteresse. Pendant près de deux semaines, ses troupes livrent une bataille désespérée contre une armée 20 fois plus grande, permettant ainsi à leur seigneur Tokugawa de gagner du temps pour préparer la contre-attaque. Les hommes de Mitsunari parviennent finalement à percer une brèche dans la défense, et ils incendient les tours du château.

Encerclés par les flammes, Mototada et ses samouraïs continuent à se battre jusqu’à ce qu’il ne reste plus que 380 d’entre eux. Conscients de leur mort imminente, ils décident d’en finir plutôt que de se rendre, et ils se font seppuku dans le donjon du château (une autre version de l’histoire dit que les guerriers n’étaient plus que 10 quand ils se sont suicidés). Le sacrifice de ces hommes permettra à Tokugawa d’avoir une avance capitale dans sa guerre contre Mitsunari, qu’il vaincra pour de bon lors de la bataille de Sekigahara quelques mois plus tard. Cette victoire en fera le shogun du Japon.

Dans les années 1620, les restes du château de Fushimi sont démantelés, et le bois du plancher, imbibé d’hémoglobine jusque dans ses fibres, est réutilisé pour plusieurs temples de Kyoto. Cinq temples en particulier, comme vous le savez. Cinq temples qui, encore aujourd’hui, portent dans leur structure même le sacrifice d’hommes morts il y a plus de 400 ans. En japonais, on parle de « chi tenjo ». Ou plafonds de sang…

Plus d’infos :

Le siège de Fushimi sur Wikipedia
The Blood Soaked Ceilings of Kyoto (Japan Visitor)
Kyoto ceilings bear footprints of 1600 samurai mass suicide (Japan Times)
Le temple Yogen-in (The Kyoto Project)
Extrait du petit futé 2014-2015

email

18 commentaires pour “Les Plafonds de Sang”

  1. Brrr… ça fait froid dans le dos. Merci Axolot pour cette nouvelle histoire à marcher sur la tête !

  2. Ah ! Un deuxième article écrit en a peine quelques jours ! Ça fait plaisir de voir le blog reprendre un peu de vie. Bonne continuation pour la suite et bon travaille.

  3. Triste histoire en effet…
    Ça c’est du courage!
    Merci Axolot! ????

  4. J’ai un avion pour Tokyo demain et je compte bien aller voir ça de plus près dans la semaine ! Vraiment intéressant !

  5. C’est fou comme à chaque article, tu arrives à dégoter de nouvelles histoires fascinantes ! Je me réécoute justement les archives d’Exocet ces derniers jours, quel bonheur ! Rien que le rire de Mika au début de l’émission sur Barnum (Freakshow) est extraordinaire. Dommage que l’émission soit terminée aujourd’hui, mais Axolot la remplace bien malgré tout !

  6. Merci beaucoup pour cette nouvelle histoire très intéressante et surprenante!

  7. Ah oui c’est glauque !
    Et merci Simon ! J’avais jamais fait attention à l’onglet Exocet ! (honte sur moi )

  8. Merci pour cet article, c’est très intéressant à savoir, l’histoire japonaise est décidément captivante.

  9. Encore merci pour les histoires cool ;)
    En revanche, y’a un truc que je capte pas… En quoi le sacrifice de ses hommes permet à Tokugawa « d’avoir une avance capitale dans sa guerre contre Mitsunari » ?

  10. Mototada et ses hommes savaient qu’ils ne gagneraient pas contre 40 000 soldats, mais ils ont tenu le siège plus de 10 jours, pour permettre à leur seigneur de gagner du temps. Pendant que les hommes de Mitsunari étaient retenus au château Fushimi, Tokugawa à pu préparer son armée, et sa contre attaque !

  11. A chaque fois, je suis obligé de lire le texte avec la voix de Patrick dans ma tête.

    Histoire impressionnante, je ne pensais pas que du sang pouvait rester incruster si longtemps.

    Un conseil pour toi Patrick: Fait des versions MP3 de tes articles, écouter une histoire le matin dans le métro avec ta voix enchanterait ma journée

  12. Article très intéressant, comme toujours.
    J’ai découvert Axolot il y a quelques mois via Youtube et je n’ai pas pu m’empêcher de lire tous les articles du site en quelques jours! Les vidéos comme les articles sont tous passionnants et c’est très agréable d’apprendre de nouvelles choses aussi originales et bien présentés à chaque fois. Je ne sais pas si je peux citer un jeu vidéo (est-ce considéré comme de la pub?) mais il y a une série de jeux qui parlent de cette époque au Japon : Samurai Warriors, où on incarne à tour de rôle chaque personnage important dans les batailles décisifs, c’est très intéressant pour un jeu. Il y a aussi le même style pour la Chine sous le nom de Dynasty Warriors. Merci Patrick pour chaque article et chaque vidéo !

  13. Troublant, en effet!

  14. Hespèrion LXXV 10 mars 2015 à 23 h 10 min

    Petite précision: Mitsunari n’était pas à proprement parler le général en chef de l’armée adverse mais faisait partie d’une coalition de plusieurs seigneurs de guerre (daimyos)
    Coalition qui s’est d’ailleurs presque désintégrée juste avant la tristement célèbre bataille de Sekigahara: entre trahisons, divisions et désertions, cette dernière vaut vraiment le coup qu’on y jette un coup d’œil

  15. Où trouves tu toutes ces magnifiques (ou pas) histoires ou légendes ? En tout cas elles me fascinent, et tu les racontes très bien. J’aime énormément tes vidéos également.

  16. Le monde est encore plein de mystères dans ce genre qui ne sont pas encore résolus!! Heureusement que tu es là AXOLOT pour nous dévoiler la vérité!!

  17. Waaa, je découvre ton site ! Je ne te connaissais que par tes vidéos, bah le site est excellent ! Continues surtout ! Je trouvais que tu ne faisais pas assez de vidéos, je comprends pourquoi maintenant ! :)

  18. Excellent article en effet. C’est vraiment fascinant cette histoire. Chapeau