Axoportraits # 1 : Le bandit embaumé

Elmer McCurdy est né en 1880 dans la petite ville de Washington dans le Maine. A l’âge de 10 ans, il apprend que sa mère n’est pas sa mère biologique, et que celui qu’il prend pour son père est en fait son oncle, ce qui va avoir tendance à le chambouler un peu, et a le plonger dans la boisson dès l’adolescence. Au tout début du XXème siècle, Elmer gagne sa vie en alternant les travaux de plomberie et de minage, mais son alcoolisme l’empêche de garder un emploi très longtemps. Il rejoint finalement l’armée en 1907, où il apprend, entre autres, à utiliser de la nitroglycérine.

3 ans plus tard, une fois libéré de son service militaire, il décide d’utiliser ses nouvelles compétences en explosifs pour se lancer dans une prometteuse carrière de cambrioleur. Le problème, c’est qu’Elmer n’est pas très doué avec les dosages. En 1911, accompagné par 3 complices, il décide de dévaliser un train après avoir entendu que celui-ci transporte un magot de 4000$ dans un coffre. La bande parvient à stopper le train, mais Elmer pousse un peu trop sur la nitroglycérine, et le coffre explose avec la majeure partie de l’argent.

Quelques mois plus tard, McCurdy attaque une banque dans le Kansas. Il utilise encore de la nitro pour essayer d’ouvrir le coffre, mais cette fois ci, la charge n’explose carrément pas. Dépité, il se réfugie au ranch d’un ami dans l’Oklahoma, et il noie sa déception dans la boisson. Son ultime tentative de hold-up a lieu un mois plus tard, en octobre 1911. Avec deux nouveaux complices, il décide d’attaquer un autre train qui celui-ci contient 400 000 $. Et on imagine que depuis la fois précédente, il a révisé ses leçons en matière d’explosif. Mais le souci, cette fois ci, c’est que McCurdy et ses acolytes se trompent tout simplement de train. Ils ne partent pas exactement les mains vides, puisqu’ils emportent avec eux un butin de 46 dollars, ainsi que deux bonbonnes de whisky, et la montre du conducteur du train.

Un bilan si pathétique que même la presse locale s’en moque. McCcurdy retourne au ranch de son ami, et il se console en buvant les bonbonnes de whisky. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il est activement recherché, et qu’il y a une récompense de 2000$ dollars pour sa capture, soit davantage que tout ce qu’il a pu voler. Le matin du 7 octobre, 3 sheriffs qui ont retrouvé sa trace encerclent la grange dans laquelle il est caché. Une fusillade éclate et Elmer tire sur les officiers pendant plus d’une heure sans en toucher aucun. Il est finalement tué d’une balle dans la poitrine.

En attendant qu’un proche se manifeste, son corps est déposé au salon funéraire d’un certain Joseph Johnson, qui l’embaume, et le stocke à l’arrière boutique. Mais comme personne ne vient réclamer le cadavre, et qu’il faut bien payer les frais de garde, Johnson décide d’en faire une attraction. Pour la modique somme de 5 cents, les curieux peuvent voir la dépouille du pauvre Elmer, que Johnson a placé debout dans un cercueil, et qu’il a rebaptisé le bandit embaumé. Ce macabre spectacle est un tel succès que plusieurs cirques ambulants essaient de racheter la momie, mais Joseph Johnson refuse toutes les offres.

En 1916, deux hommes se rendent au salon funéraire, et se présentent comme deux frères de McCurdy perdus de longue date. Ils souhaitent rapporter le corps à san francisco pour lui faire des funérailles en bonne et due forme. Johnson leur rend le macchabée, mais ce dernier prendra une toute autre destination. En réalité, les deux complices sont propriétaires d’un cirque ambulant, et ils ont monté ce stratagème pour exhiber la momie. A partir de là, et pendant les soixante années qui vont suivre, le corps de mccurdy va voyager à travers les Etats-Unis, de freakshow en freakshow, et il va changer de propriétaire à de nombreuses reprises. En 1933, le réalisateur Dwain Esper l’expose dans les halls de cinémas pour faire la promotion de son film Narcotics. Le film met en garde contre les ravages de la drogue, et comme la momie dépérit progressivement, elle sert assez bien le propos. McCurdy est également exhibé dans un musée du crime, aux cotés de répliques en cire de hors la loi célèbres, comme Jesse james ou Bill Doollin. Il fait même une apparition dans un film d’horreur de 1967, intitulé She freak. La carrière d’Elmer se termine dans le train fantome d’un parc d’attraction de long beach, au début des années 70. A cette époque, la momie est si ratatinée, elle a connu tellement de propriétaires et elle a été utilisée dans tellement de contextes différents, que tout le monde a oublié qu’il s’agissait d’un véritable corps.

En 1976, une équipe vient tourner un épisode de l’homme qui valait trois milliards dans le parc. Un technicien déplace ce qu’il croit être un mannequin de cire, et il a probablement le choc de sa vie quand un des bras se casse, et révèle un os parfaitement humain. La police fait autopsier le corps, et découvre qu’il s’agit d’un homme tué d’une balle dans la poitrine. Dans sa bouche, on retrouve un ticket pour le musée du crime, et un penny de 1924. Ces indices permettent aux enquêteurs de retracer le parcours de la momie, et Elmer est finalement identifié. Il est enterré en 1977 au cimetière de Summit View, dans l’Oklahoma, soit 66 ans après sa mort, et environ 300 personnes assistent à ses funérailles. Pour être sur qu’il puisse reposer en paix, et que son corps ne soit pas volé une fois de plus, on verse deux tonnes de béton sur son cercueil. Ainsi s’achève le parcours d’Elmer McCurdy, un homme qui connut plus de succès dans sa carrière de cadavre que de bandit.

email

3 commentaires pour “Axoportraits # 1 : Le bandit embaumé”

  1. De l’axolot a nouveau régulièrement? Je suis preneur!

  2. Excellente vidéo comme toujours… keep it up

  3. Un très bon portrait, très intéressant comme toujours.
    Le format est sympathique, ni trop long, ni trop court.
    Merci pour ces moments de découverte. Je me réjouis de voir les prochains (si prochains il y a).
    Bonne continuation!