5 parasites qui feraient frémir un Alien

Cymothoa exigua

Cymothoa exigua, le dévoreur de langue

Ce crustacé parasite est également connu sous le nom évocateur de « pou mangeur de langue ». Long d’environ 3 cm, il se fixe sur la langue du vivaneau rose, un poisson du pacifique, en passant par ses branchies. Une fois en place, le cymothoa utilise ses griffes pour extraire le sang qui irrigue la langue de son hôte. A mesure que le petit vampire prend du volume, sa consommation de sang augmente, et la langue du poisson finit par s’atrophier. Elle est alors complètement remplacée par le corps du parasite. A ce stade, le cymothoa abandonne le sang pour se nourrir du mucus du vivaneau, sans s’occuper des aliments que ce dernier ingère. Si l’on met de coté le traumatisme qui consiste à voir un de ses organes remplacé par une créature vivante, phénomène unique dans la nature, le poisson peut alors mener une vie normale en utilisant le corps de son parasite comme une langue de substitution.

Leucochloridium paradoxum

Leucochloridium paradoxum, les yeux de la mort

Derrière ce nom barbare se cache un ver parasite au cycle de vie déroutant. Les Leucochloridium ne peuvent se reproduire que dans le système digestif des oiseaux, où ils atteignent leur forme adulte. Ils pondent alors des œufs, qui sont expulsés dans la nature avec les fientes de leur hôte. Une fois que les larves éclosent, tous leurs problèmes existentiels résident dans cette seule question : « comment revenir à l’intérieur d’un oiseau ? ». Pour y parvenir, elles suivent un plan particulièrement tordu. Tout d’abord, elles attendent qu’un escargot veuille bien consommer la déjection dans laquelle elles se trouvent. Une fois à l’intérieur du gastéropode, les larves remontent le système digestif de ce dernier pour aller se loger dans ses yeux. C’est alors qu’un phénomène impressionnant se produit : en grandissant, les larves transforment l’œil de l’escargot en excroissance multicolore et pulsatile qui évoque la forme d’une chenille. Les oiseaux se jettent alors sur ce qu’ils croient être une proie, absorbant au passage une nouvelle escouade de vers prêts à se reproduire. Le cycle peut ensuite recommencer…

Sacculina carcini

Sacculina carcini, la voleuse de corps

Dire de la sacculine qu’elle est un petit crustacé parasite du crabe serait un euphémisme. En réalité, la sacculine est le pire cauchemar qu’un crabe puisse imaginer. Au départ, la larve de sacculine femelle dérive au hasard des courants, jusqu’à ce qu’elle rencontre un crabe très malchanceux. Elle cherche alors une faille dans la carapace de l’animal, comme une articulation, et elle s’injecte littéralement dans son organisme. La sacculine grandit alors, déployant ses ramifications dans le corps de son hôte, jusqu’à émerger sous forme de protubérance à proximité des organes génitaux du crabe. A partir de ce moment fatidique, la sacculine possède complètement son hôte : elle va modifier son équilibre hormonal, l’empêchant de muer, de reconstituer ses pinces endommagées, et même de se reproduire. Le crabe devient alors un esclave zombifié, réduit à l’état de coquille ambulante, qui ne vivra plus que pour nourrir son parasite. Et quand la sacculine se fera féconder, elle forcera même le crabe à s’occuper des œufs comme si c’était les siens…

Ampulex compressa

Ampulex compressa, dans son nid personne ne vous entend crier

Les superbes reflets bleu-vert métallisés de la guêpe émeraude, ou ampulex compressa, ne doivent pas vous abuser : il s’agit d’une des prédatrices parasites les plus abominables qui soient. En période de reproduction, la guêpe émeraude recherche un cafard. Une fois qu’elle l’a trouvé, elle commence par lui planter son dard venimeux dans un ganglion thoracique, ce qui a pour effet de paralyser temporairement les pattes avant du malheureux. Elle le pique ensuite dans la zone du cerveau qui contrôle le reflexe d’évasion, empêchant ainsi le cafard de s’enfuir. Comme elle est trop petite pour le porter jusqu’à son nid, elle va guider le cafard zombifié en tirant sur une de ses antennes comme s’il s’agissait d’une laisse. Et c’est ici, quand ils sont arrivés au nid de la guêpe, que le véritable enfer va commencer pour le cafard : la guêpe va d’abord pondre un œuf dans l’abdomen de sa victime. Au bout de trois jours, une larve va éclore, qui va se nourrir des organes internes du cafard pendant une semaine. Durant toute cette période, le cafard est conservé en vie, jusqu’à ce que la larve ait pu former un cocon à l’intérieur de son corps mutilé. Enfin, au bout d’environ 4 semaines, c’est une guêpe adulte qui émergera du cafard, dans un style évocateur des pires moments d’Alien…

Cordyceps unilateralis

Cordyceps unilateralis, le hacker de cerveau

Ce dernier parasite n’est pas un animal, mais un champignon. Pourtant, c’est peut-être le plus impressionnant de la liste. Les spores du cordyceps unilateralis se déposent spécifiquement sur la surface externe de la fourmi, où elles germent. Elles pénètrent ensuite le corps de l’insecte en passant par ses orifices respiratoires. Le champignon va alors grandir à l’intérieur de la fourmi, déployant des filaments qui vont absorber les tissus mous de l’hôte, tout en évitant soigneusement ses organes vitaux. Quand le champignon est prêt à se reproduire, ses filaments poussent jusque dans le cerveau de l’insecte, avant de produire une substance qui va altérer la façon dont la fourmi perçoit les phéromones. Ce piratage chimique va pousser la fourmi à grimper au sommet d’une plante, ou elle utilisera ses mandibules pour se cramponner fermement à la tige. C’est à ce moment que le champignon dévore le cerveau de la fourmi, tuant instantanément son hôte. Ensuite, le cordyceps va se mettre à pousser depuis la tête de la fourmi en passant par les jointures de son exosquelette. Une fois mur, il laissera échapper des petites capsules remplies de spores, qui à leur tour iront infecter d’autres fourmis, complétant l’impitoyable cycle.

Plus d’infos :

email

48 commentaires pour “5 parasites qui feraient frémir un Alien”

  1. Pas évident à lire avec tous ces noms tordus. C’est vrai ça, ils pourraient pas trouver des noms plus sympa comme avec les cyclones? Enfin bref.

    Personnellement moi j’ai une profonde affection pour le Cymothoa exigua, je le trouve trop trop mignon. Il est trop beau. Par contre ce que j’ai appris aussi c’est que les poissons ont une langue. En effet, j’ai eu beau me remémorer mes numéros de ventriloque avec des têtes de truites mais je me rappelle pas qu’elles aient eu une langue. De toute façon avec un Cymothoa exigua dans les parage mieux vaut ne pas avoir la langue trop pendu!

    Le Sacculina carcini apporte la réflexion suivante : c’est pas parce qu’on est un animal couillu qu’on c’est pas fait couillonné! D’ailleurs, cela ferait un parfait juron pour traiter les personnes qui pourraient vous les briser profond : Espèce de sacculina!

    Mais une question technique reste en suspent : est ce qu’une fourmi parasitée par un Cordyceps unilateralis reçoit elle plus facilement le Cable?

  2. j’approuve ! on a tellement a apprendre de ces petites betes

  3. Il manque le pire parasite: Le Patricus Baudilis.
    Cet ignoble parasite envahit votre cerveau à coups de rock expérimental, une fois contaminé, il vous paralyse avec des injections d’histoires insolites pour finalement pirater vos repas avec la Sandrinaum et déposer des larves d’amitié qui vous laisseront sans aucun moyen de défense.

  4. Aaaaaaaaaaaaaaaark!

    Dé-gueu-lasse!!!

    Le concept de parasite, c’est déjà plutôt sinistre, mais là… Ouf.

  5. Moi qui pensais que les animaux étaient moins cruels que les humains ! On voit bien que certains sont prêts à tout pour vivre et se reproduire.

    @Manu : Je dois avouer que dans un premier temps, j’ai recherché le Patricus Baudilis sur internet…

  6. J’adooooooooore ce blogue!

    Ce post est complètement dégueulasse et captivant à la fois!

  7. Je crois que je vais vomir :/ (pourtant je suis pas une grande sensible en général :/)

  8. Je vais y regarder à 2 fois la prochaine fois
    que je vais manger du crabe !

  9. Et la douve du foie?

  10. En préparant l’article, j’ai découvert de nouveaux parasites comme le Cordyceps et le Leucochloridium dont les methodes rappellent beaucoup celles de la douve du foie. Et comme je voulais éviter que ce soit répétitif, il a fallu faire un choix 🙂

  11. Je n’ose même pas chercher ce que c’est qu’une douve du foie… :-O

    Au moins, rassurez-moi: c’est pas un truc qui parasite des humains… ou des petits chats, hein? 😉

  12. La douve du voie c’est un ver parasite qui atteint l’age adulte dans le foie du mouton (pas des petits chats donc) mais dont les oeufs doivent éclore à l’extérieur. Ils sont évacués avec les déjections du mouton, puis sont avalés par les escargots (comme pour le Leucochloridium) dans le corps duquel les larves se développent. Ensuite, elles sont expulsées sous forme de grappes blanches qui sont mangées par les fourmis, qui se font alors controler (comme pour le Cordyceps). Le but étant de faire monter les fourmis sur les herbes que préfèrent les moutons, pour retourner dans le foie de ceux-ci. C’est un cycle dingue, et quand j’ai pensé à cet article je comptais bien le mettre dans la liste, mais comme j’en ai découvert 2 assez similaires et tout aussi fous, il a fallu faire un choix…

  13. Les films de science-fiction n’ont finalement rien inventés…

  14. J’aime quand on parle de la douve…
    Et pour rappeler, nous avons aussi un bon parasite en Mister ténia !!!

  15. Si je me souviens bien, l’histoire de la douve à servi de base à un épisode de x-files. Par contre, ne me demander pas le titre car je n’en ai pas la moindre idée.
    En revanche, je me demande si ce cher Cordycep ne pourrait pas inspirer un créateur de percing!

  16. Mi-k> Les hommes ont même un sacré paquet de parasites ignobles mais j’ai voulu rester sur les parasites d’animaux pour éviter que cet article tombe vraiment dans le dégueulasse, notamment au niveau des photos 🙂

    Thers> L’épisode s’appelle l’hôte, le personnage est resté une des mascottes de la série http://chasness.files.wordpress.com/2008/07/host.jpg

  17. Je n’arrive pas à décider de ce qui est le plus horrible: perdre au profit d’un intrus le contrôle total de son corps, se faire dévorer à petit feu sans pouvoir rien faire ou servir de nid à une bibitte quelconque…

    Au moins, mes fils et mes chats sont saufs. De la douve, du moins. 😉

  18. Vraiment bien ce blog 😀
    Ben, pour nous, il y a déja le tenia 😀

  19. Merci pour l’article! très interessant.
    J’espère pas me retrouver un jour au menu d’une bestiole similaire; et tiens, je te présente mon préféré: le Toxoplasma gondii ! il est nettement moins impressionnant que ceux decrits ici mais il est pas dénué d’interêt, tu vas voir :

    C’est un parasite intracellulaire qui ne peut se reproduire que dans les intestins d’un félin. Par exemple, si pour une raison ou une autre il se retrouve dans un rat, il va réussir à convaincre son hote que ce dernier est attiré par l’odeur de l’urine de chat. Le rat, n’ayant plus peur de son prédateur, se fait bouffer, et le parasite passe dans le chat. Le truc c’est que ce parasite peut utiliser toutes sortes d’hotes intermédiaires avant d’arriver dans un félin, dont les humains; ça me laisse vraiment rêveur.

    Alors je sais pas si ce parasite influence uniquement la perception de l’odeur de chat (ce qui serait un peu nul mais qui éclaircirait ce mystère inexplicable: pourquoi les gens aiment ces sales bêtes 😀 ) ou s’il dérègle carrément des réflexes de conservation ( comme la peur du prédateur). En fait quand j’ai découvert ça ( via wikipédia je pense ) je me suis vraiment demandé si le toxoplasma pouvait influencer de façon pernicieuse le comportement de quelqu’un. En gros s’il pouvait déregler le cerveau humain, comme ce qu’il fait sur le rat, mais à l’échelle de l’homme, et quelles seraient les conséquences sur sa vie de tous les jours ( inconscience, choix bizarres et contradictoires.. qu’est ce que j’en sais? ). Et après tu peux envisager ça à l’échelle de la population mondiale puisque, surprise! une personne sur deux serait contaminée!
    Voilà, c’était juste histoire de partager quelque chose qui a pas mal fait travailler mon imagination, désolé pour les approximations, à plus!

  20. Je mets le lien vers wikipédia quand même sinon on va croire que j’ai tout piqué à un film de série Z alors que pas du tout. Enfin presque pas.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Toxoplasma_gondii

  21. Manoo, comme la douve du foie, le toxoplasma fait partie des candidats auxquels j’avais pensé pour faire partie de cette liste, mais la sélection fut rude 🙂

  22. Hallucinant, les Aliens sont des enfants de cœur à côté de ces bestioles, la réalité est bien pire, on se bénit d’être un humain. Par contre, je suis partagé entre la curiosité d’en apprendre sur nos parasites et un dégoût profond de ce que je pourrais trouver…

    Je me demande aussi si un parasite du cerveau ne pourrait pas agir sur son hôte sans qu’il en ait réellement conscience, ça donnerait un sacré coup au concept de libre arbitre. La sacculine ne prend même pas la peine de manipuler son hôte, elle le dépossède carrément de son corps. Finalement, les films et jeux vidéo ne sont pas bien loin de la vérité si on l’appliquait à l’échelle humaine.

  23. degue!!!!ceci dit meme les humains sont de vrais parasites lol

  24. Euh…….
    personne a remarqués quelque chose ??

    loin de moi le doute que le premier « parasite » décris existe (Cymothoa exigua )sur les Vivaneau rouges je pense ,et non pas rose .
    Je ne doute pas non plus que les poissons ont des « langues  » et des dents je suis moi même pécheur (Pêche sportive et conseiller techniques )

    Mais je suis sur d’une chose ,les poissons n’ont pas de dents humaines !!!
    si si regarder bien la photo !!
    Et oui , oh le beau dentier que voilà, un vivaneau qui utilise sans doute « ultrabright »! mdr 🙂 🙂

    Donc je pense qu’il faudrait trouver une VRAI photo illustrant le
    Cymothoa exigua .

    Allez un petit coup de main … voilà une image qui me parais plus près de la vérité 🙂

    http://www.chavaipa.com/wp-content/uploads/2009/03/_40757072_louse.jpg

    Bon sujet quand même 🙂

  25. si il existe un poisson je crois avec ce qui ressemble a des dents « humaines  » le « pacu » de la famille des piranhas . Le « pacu » ne mange pas de « chairs  » il se nourris de fruits et de noix qu’il casse avec ses dents . Il vie au Brésil et ne dépasse pas les 30 cm :voir ici

    http://channel.nationalgeographic.com/series/hooked/4255/Videos/06848_00?#tab-Photos/1

    mais ce n’est pas un « vivaneau » et si c’est ce qu’on vois a l’image et bien le parasite s’attaque a n’importe quel poissons .

    🙂

  26. Encore un peu de précision il existe plusieurs sorte de « pacu » celui dont on parle ,celui avec des dents est le RED BELLIED PACU

    ou pacu a ventre rouge (colossoma macropomum)

    photo:
    http://www.kidsfishing.org/images/red%20bellied%20pacu_small.jpg

    RED BELLIED PACU (colossoma macropomum) This is an exotic species. Pacu look similar to piranha but have molar-like teeth. Pacu also grow to much larger sizes than piranha. Pacu can vary in color from gray to black. The red bellied pack is most easily identified from other pacu by the presence of other black markings on its body. Marketed in the aquarium business as the pack, tambaqui, red bellied pacu, and blackfin pacu.

    🙂

  27. fascinant.
    super blog, continue 😉

  28. inspacemetal> Il semble que le poisson montré sur la photo soit un « rondeau mouton », ou « sheepshead » en anglais. Il peut être trouvé dans les mêmes eaux que le vivaneau rose, sur la côte sud-est des Etats-unis, et sa dentition d’aspect « humaine » peut effectivement faire croire à un montage : http://goo.gl/2lPJ2

    Ce qui est étonnant, c’est que le cymothoa est censé parasiter exclusivement le vivaneau rose. Celui-ci à du faire une exception 🙂

  29. C’est vraiment vicieux, surtout le truc des « yeux de la mort » sur l’escargot…

  30. Eh bien, je vous trouve tous bien optimistes. De nombreuses bestioles peu engageantes s’engagent volontiers dans nos entrailles. À commencer par la douve, en suivant, en gros, le processus décrit plus haut (pisse de mouton, dans les cressonnières, c’est ce que l’on disait de mon temps). Et l’affreuse filaire de médine (que le silence soit gardé !). Et les trichines, ah les trichines. D’habitude, elles habitent dans des cochons ou des rats, qu’importe, les uns et les autres sont omnivores, donc pas de problème pour boucler indéfiniment de nouveaux cycles. Mais les trichines ont d’autres ambitions, parvenir jusqu’aux espaces supérieurs de l’espèce humaine. Au fond, comme nous justement, qui voulons nous balader dans l’espace. Et si nous les emmenions avec nous, les trichines deviendraient les maîtres de l’univers… L’homme d’ailleurs est omnivore, lui aussi. Le problème, c’est qu’avec le progrès technique et le principe sacré de précaution, les hommes ne mangent plus qu’exceptionnellement des excréments, fussent les leurs ou ceux de… leur chat. Ces avatars historiques n’empêchent pas les trichines de rêver et même d’écrire leur épopée de la conquête spatiale. Il fut un temps, d’ailleurs pas si lointain, dans ma jeunesse en fait, où l’on craignait encore l’invasion des trichines et elles gardaient espoir. Depuis que les viandes sont soumises à la technologie et aux contrôles dernier cri, les pauvres trichines dépérissent, dans leur habitat habituel, qui sont les rats, voire les cochons. Qu’elles ne désespèrent pas ! L’espèce humaine, à force de mettre à sac les ressources de la planète, se retrouvera bientôt (n’est-ce-pas déjà le cas, dans certaines parties du monde) contrainte à jeter un regard plus tolérant sur des aliments naguère encore tabous. Un jour, un jour proche, peut-être, ce sera notre tour, à nous les privilégiés, de contempler avec concupiscence les couches-culottes de nos bambins, ou le charmant compagnon endormi à nos pieds ou ronronnant sur nos genoux. Pour les trichines, la partie ne sera pas encore gagnée. Il faudrait encore que ces véhicules providentiels, aient laissé d’abord monter à leur bord une escouade de jeunes trichines prêtes à la grande aventure. Songez-y, quand vous empêchez votre chien de manger des ordures, ou votre chat de se délecter d’une souris…

  31. Super interressant ce blog. A noter que le Cordyceps unilateralis est le champignon dont ce sont inspirés les créateurs du jeu « The last of us ». J’ai été surpris d’apprendre que ce champignon existait vraiment.

  32. Hah le fameux champignon ! J’avais lu un article dessus, il n’est pas aussi question pour la fourmi de se faire manger par un mouton ? Je vais retrouver cet article

  33. On pourra toujours dire que l^homme fabrique les armes lesplus dangereuses qui soient, elles ne sont pourtant pas les plus ingénieuses.
    Ce qui me fait vraiment peur, c’est qu’un tordu s’inspire ou exploite l’un de ces parasite pour une arme de destruction massive.
    Finalement, l’arme la plus dangereuse que l’homme ait, c’est son cerveau étriqué.

  34. Très instructif et pourtant assez effrayant en imaginant ce que la victime doit subir…
    ça aurait très bien pu faire des épisodes d’X-Files…

  35. J’ai pas lu tous les commentaires je me suis arrêté au parasite qui infecte les rats, j’aimerais répondre car j’ai lu un sciences et vie junior sur des bébêtes de ce genre (qui ressemble à cet article) alors le Toxoplasma gondii incite les gens parasités à enfreindre plus facilement la loi, donc vous pouvez être apeurés de l’avoir, de vous dire que quand mous marchez sur la pelouse interdite, c’est n’est peut-être pas vous qui le faites vraiment, en tout cas c’est impressionnant de savoir notre comportement influencé de la sorte ^^!

  36. Ultimately, a dilemma that I’m passionate about. I have looked for data of this caliber for the previous various hours. Your internet site is greatly appreciated. kcdcdegcbedf

  37. Resident evil! ^^
    Superbe « mise en bouche » sur le parasitisme, tu auras également de quoi faire en traitant de la symbiose, qui nous montre également les limites entre les règnes du vivant.
    Encore un très bon article 🙂
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Interaction_biologique

  38. Ce qui est fou aussi dans le cas de le Leucochloridium paradoxum c’est le temps qu’on du passer les biologistes/naturalistes pour réussir à faire les liens, recouper toutes ces infos et nous livrer avec certitude l’étendue ce très complexe est improbable plan de survie… Des 5 présentés c’est le seul dont je n’avais jamais entendu parlé et pourtant c’est un sacré client. Avec une issue quasi-identique mais une technique moins élaborée que la Ampulex compressa, la pompille, une autre guêpe,s’attaque aux araignées et m^mes aux tarentules pour certaines. En tout cas avec toutes ces bestioles, l’adage « la natures est bien faite » sonne un peu moins bien je trouve 🙂

  39. Il me semble que le Toxoplasma gondii ne peut s’attaquer à l’être humain… Du moins, je l’espère! J’avais aussi lu un truc sur une neuro toxine contenue dans une algue, qui poussait des oiseaux à se fracasser en masse contre des habitations.. Une drôle d’histoire qui a grandement inspiré Hitchcock pour son film « les oiseaux ». Réjouissant en perspective nan? :3

  40. Musée du coquillage et autres animaux marins
    Brignogan-Plages
    Bonjour,
    Je désirerais faire un petit article sur quelques parasites. Pourrais-je utiliser votre photo du Cymothoa exigua, si elle vous appartient bien sur.
    Merci de votre écoute.
    Claudine robichon

  41. Fascinant, vraiment! Ces parasites sont surprenants! Superbe article 🙂

  42. quelle abomination…
    une réalité bien + effrayante qu’un film de s.f ou d’horreur :'(

  43. Salut Axolot. Tu aurait pu mettre « ribeiroia » dans cette liste, recherche sur google tu verra.

  44. Gollum et Mario 11 avril 2015 à 2 h 27 min

    Oulala sui soulager car parmi ces parasite je me demandait s’il allait y avoir une araignée car oui je sui un garçon est OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII je sui complètement, absolument, pas à peu près, et pour sur, arachnophobe donc si-ce que j’ai mentionné t ci-dessus s’était produit je croi que mon iPod serai to-ta-le-ment recouvert de vomi. Par contre c vrai il trop mimiiiiiiii le cymothoa exigua on dirait qu’il veut nous dire ( tu veux m’adopter? ) et ( en passant le poisson c pas ma faute il m’a avalé et sui très rancunier) pour finir sur un grand ( AAAAAAAAAAAAAA MAIS ARÊTE Y A PA DE VER A GOBER ME SECOUUUUUUUUUUUUUU PAAAAAA COOOMEEEE SAAAAA… FFFFFDDDDDPPPPP…………………………heu on peut m’aider hehe svp?) en tou ca si sa parlait heben la scène dans ma tête a serait un peu comme sa. Par contre la ou le ( je n’ai pas retenu du tou mais alors la pas du tout le type de se nom) saculine, aiaiaie j’voudrai pas de sa près des bourses ( pour rester poli hein!) en plus d’être , à proprement parler , transformer en zombi alors la non merci je la brûle la bestiole et hop fini on en entend plus parler et aussi le… Naaaaan je stop la car sinon sa va me prendre une demi-heure pour se commentair en passant ouiiiiiiii je peu paraître un tantinet étrange donc retenez vous svp:)

  45. Ouaaah quand je vois le genre de parasites abominables que peuvent choper ces pauvres bêtes je serai presque heureux d’attraper le cancer ou le sida.

  46. Au sujet du cordyceps, j’ai lu qu’il aurait inspiré les claqueurs du jeu « the last of us » (ça me semble vraisemblable)

Rétroliens/Pings

  1. Critique : The Bay | SlashersHouse.com - 26 mars 2013

    […] a mixé du Jonathan Safran Foer (Faut-il manger les animaux ?) avec un mignon petit pou aquatique (le premier), et en a fait des Chocapic. La péninsule du « Delmarva » (Delaware, Maryland, Virginie) […]